Electronic Experience : la trouvouille de dimanche.


Si je vous dis Claude Denjean et le Moog Synthetizer ? Ah aah !




Vous ne connaissez pas, bande d’incultes !!!
Rassurez vous, moi non plus.
Enfin jusqu’à ce dimanche 6 septembre au vide-greniers de Rognes (Bouches du Rhône).
Et croyez moi, je n’en suis pas revenu. Penché sur le bac de disques, c’est d’abord la pochette qui m’interpelle.



Puis le verso avec le titre :
ELECTRONIC EXPERIENCE
CLAUDE DENJEAN & LE MOOG SYNTHETIZER
La vache, ça en jette un maximum !!!
Et puis les titres des « chansons », que des reprises. Aie, rien de bien personnel donc. Et c’est en lisant attentivement ces titres que le doute s’installe : c’est quoi ce truc ? En vrac : Come TogetherBridge Over Troubled WaterProud Mary et Lady Lady Lay (sic)… Belle coquille sur ce titre de Bob Dylan, normalement Lay Lady Lay. Et c’est ce titre, cette coquille qui me fait penser que je viens de tomber sur la trouvouille de ce dimanche. Donc, je me lance, j’achète (2€, ça va).
Alors donc, cette trouvouille oscille entre le kitch et le n’importe quoi ! Des adaptations totalement improbables de standards de la pop au moog synthetizer !!! J’ai l’impression d’entendre le type qui découvre une machine bizarre et qui se dit je vais faire des trucs géniaux avec. Et il nous pond des adaptations de ces standards d’une ma nièce totalement kitch ! Bon, on va être objectif, je suis certain qu’à cette époque (1970), c’était le summum de la modernité. Mais quand ensuite on écoute, dans les années qui ont suivi les Tangerine Dream ou autre Klaus Schulze, y’a comme un gouffre…
Le pire, c’est qu’au bout du compte, ce côté kitchouille est presque amusant et que l’écoute n’est pas désagréable. Mais en tout honnêteté ce disque ne va pas tourner souvent sur ma platine. Le plus étonnant, c’est que ce parfait inconnu, pour moi et sur le web français, semble jouir sur les quelques sites anglo-saxons que j’ai parcouru d’une certaine  notoriété et que son disque semble avoir fait les beaux jours de pas mal de personnes à une époque que les moins de vingt ans ne connaissent pas !
Et comme je suis sympa, autant vous faire profiter de cette magnifique version de Lay Lady Lay…