une presque fin de saison



La saison des vide-greniers touche presque à sa fin. 
La seule date à retenir c’est celle de la foire aux disques de Marseille, le 29 novembre, au Docks des Suds. Un rendez-vous à ne pas louper. Tout comme je ne loupe jamais la convention des disques de Salon de Provence. C’était ce dimanche 11 octobre.
Mais juste avant, un passage sur un vide-greniers et juste un disque à "sortir du  lot". Il est évident que l’arrivée à une heure relativement tardive limite les prises spectaculaires. Un petit Brassens, en mode monophonique (pour 1 petit euro). Une édition différente de celles qu’on trouve habituellement, sans aucun doute une première édition. Et puis, de temps en temps, un petit Brassens, ça remet les idées en place…

Il est donc un peu plus de 9h30 quand je rentre dans la caverne d’Ali Baba. Toujours le même sentiment à chaque fois, l’envie de repartir avec des raretés. Et toujours la même chose en partant, les raretés sont coûteuses et mon budget limité. Je ne suis donc pas reparti avec des albums rares, mais avec des choix sympathiques au fil des bacs et des prix variants de 5 à 15 euros pour le plus cher… Mais il y avait moyen de faire mieux et beaucoup plus cher… Ça sera pour l’année prochaine (ou pour le 29 novembre).
Pochettes de disques
Dans l’ordre donc :
  • Bob Dylan - Self Portrait (8€)
  • Boulez dirige Zappa (10€)
  • Ijahman - Hailed i Hymn (15€)
  • King Curtis & Champion Jack Dupree - Blues at Montreux (5€)
  • Magna Carta - Putting Back Together (5€)
Le Bob Dylan, un album à la mauvaise réputation, considéré comme mauvais. Pas grave, c’est Dylan. Et le coffret des Bootleg Series Another Self Portrait démontre que derrière le charbon brut, il y a des diamants. Et puis de toute manière, c’est Dylan.
Le Boulez dirigeant Frank Zappa, c’est une vraie curiosité. De plus j’ai le souvenir d’avoir vu à la télévision française, sur Antenne 2 à l’époque, un concert Boulez dirigeant Zappa. C’était plutôt inattendu et audacieux ! Donc, comme un souvenir… de je ne sais plus quelle année.
Ijahman, du reggae lyrique et presque planant. Vraiment bien ! King Curtis et Dupree, du blues comme le titre l’indique, le piano forcément blues de Jack Dupree et le saxophone de King Curtis, chouette mixe.
Et Magna Carta, une pop folk plus que sympathique.
Bref, une récolte éclectique, sans coup d’éclat. Mais ça me va parfaitement.
Peu de vide-greniers les dimanches qui arrivent. J’aurais le temps de ranger et surtout d’écouter la pile de disques en retard de quelques oreilles. Et puis, je crois que je vais me lâcher le 29 novembre prochain.
foire vinyles