Vous prendrez bien un peu d’Anton Bruckner !

Anton Bruckner, l’ultime Symphonie, la N°9, Karajan, le Philharmonique de Vienne. Forcément, on tombe dans le superlatif ! Puissance, ampleur, démesure, rigueur, romantisme… Chef-d’œuvre ! Et pourquoi je me réécoute ça ? À cause du Diable.