Le TOP 10 des trouvailles de l’année 2018…

Alors, ce TOP 10 de l’année 2018 ? Pas simple. Une sélection de 37 albums, dont 2 au format CD, ce qui est une première. Il faut dire que cette année a été bien moins riche que 2017. Moins de vinyles dans les vide-greniers et logiquement moins de disques intéressants. Et le constat a été partagé par les copains que je croise très régulièrement en vide-greniers et conventions. Alors, si dans cette liste, il y a eu des qualifiés d’office pour le TOP 10, les autres ont dû faire leur place à l’écoute. Car oui, j’ai tout reposé sur la platine, pour un choix totalement sincère et subjectif bien sur ! Petites explications pour les critères de mon choix et donc de ce TOP 10.

Les raisons subjectives !

  • la musique, claque musicale, découverte
  • la joie de retomber sur un album ayant marqué les lointaines années de ma jeunesse passée
  • la rareté du disque
  • l’originalité
  • et puis d’autres considérations obscures et subjectives…


Et j’ai déniché ces disques ici et là…

Petite précision, certains liens pointent vers mon Blog Notes « officiel » chez OVH qi est en panne depuis presque 3 jours. Ils risquent donc de ne pas aboutir (les liens)…
  1. TONBRUKETLIVE SALVATION. Oui, un CD en tête de ce TOP 10. Déjà pour sa pochette originale et surtout pour la découverte d’un groupe (suédois) de Jazz. Mais pas un Jazz à la papa, ni même un free jazz déroutant et ardu. Non, un Jazz aux accents progressifs, presque rock. Une tuerie qui a tourné des dizaines de fois sur la platine (CD). Dommage que l’album n’existe pas au format vinyle. Mais une chose certaine, si j’arrive à dénicher d’autres opus du groupe, mon plaisir sera complété. D’autant que le label – ACT – semble proposer des artistes et des albums atypiques et passionnants à découvrir (j’avais pris ce jour, sur ce stand du vide-greniers de Trets 2 autres CD du même label, et je regrette encore de ne pas en avoir acheté plus).
  2. SIBYLLE BAIER - COLOUR GREEN. Que dire de plus que je n’ai déjà écrit dans ce billet - Sibylle Baier
  3. JEAN COHEN-SOLAL - FLÛTES LIBRES. Alors, celui-là, je ne l’avais pas vu venir. Ce samedi 15 décembre, je passe devant la ressourcerie et sans aucune force morale, je décide d’y faire une petite halte et je ramène deux albums (deux derniers disques). Et forcément, l’album de Jean Cohen-Solal ne pouvait qu’aiguiser ma curiosité (ne pas se fier à la pochette) ! Et j’ai bien fait. Il vient d’éjecter (et n’est donc pas sur la vidéo de présentation) un autre album. Mais ce disque, totalement trippant mérite sa place dans mon TOP10.
  4. CHEMIRANI - IMPROVISATIONS SUR LE ZARB. Hors norme avec Chemirani et ses improvisations sur cet instrument iranien, le Zarb. Percutant et jamais lassant !
  5. PAN-RA - MUSIC FROM ATLANTIS. Déniché en vide-greniers, pourtant après le passage d’un copain gros chineur, ce disque d’un groupe de folk trippant totalement barré ! Le titre en dit long, Music from Atlantis. Sans aucun doute un album sous substances, enregistré forcément dans un studio de l’Atlantide. Et seul l’enregistrement nous est parvenu, les musiciens étant restés en Atlantide… forcément. ;)
  6. CULT PERCUSSIONS ENSEMBLE. Trouvé lui aussi en vide-greniers, le matin de la convention de Lourmarin, et aussi après le passage de Tony, autre chineur, et tant mieux pour moi, n’a sans doute pas osé prendre ce disque. Pochette sans éclat particulier, titre (ou nom) pas forcément attirant. Et une intuition en le prenant quand même. Et finalement, une musique atypique, percussion, mélange entre musique abstraite, big band et musique contemporaine. Tout ce qui m’attire et qui me motive de plus en plus quand je me lève pour chiner, et hélas, ce qui se trouve encore moins facilement. (la référence sur Discogs)
  7. ARESKI - UN BEAU MATIN. Bel album, doux et poétique, comme l’homme. Areski
  8. BERNARD BENOIT - RIGENA. J’ai ai parlé ici : Bernard Benoît
  9. BENDAMACHE ABDELKADER - MUSIQUES ANDALOUSES.  Quant à Bendamache Abdelkader, toute la sensualité de l’orient et de l’Espagne au temps des Maures.
  10. MÔRICE BENIN - JE VIS. Je connais les disques de Môrice Benin depuis la fin des années 70, début 80. Il y a deux ou trois ans, j’ai déniché dans un seul bac de vide-greniers 8 albums du gars (et 8€ en tout). C’est vrai que j’en ai fait une petite indigestion, pas facile d’ingurgiter la moitié de la discographie d’un tel artiste, parfois inégale, mais toujours intéressante. Et puis cette année, enfin, je tombe sur son premier album, paru en 1974, vendu sans aucune promotion dans des circuits « parallèles » à 100000 exemplaires. Un album poétique, et engagé, résolument critique et lucide. Et des mélodies folk et pop (oui, pop) imparables, Morice Benin étant un très grand faiseur de mélodies. Bref, forcément un album me rappelant des souvenirs, qui se devait figurer dans ce TOP10 de l’année 2018.





En fait une assez belle récolte, un TOP10 plutôt atypique, assez loin des albums classiques qu’on peut voir dans les TOP10 de certains chineurs sur Facebook. Et j’ai quand même laissé de côté, même si ces albums n’ont pas démérité, du Coltrane, My Bloody Valentine, Eddy Louiss (et un superbe album de jazz aux accents parfois floydien). Même le Gainsbourg (l’homme à la tête de chou) n’est pas dans le classement final, superbe album, mais en même temps trop connu. Pareil pour les Beach Boys, trop évident de les classer dans le haut du panier. Et même le More Blood, More Tracks de Bob Dylan n’est pas en haut de l'affiche.
L’année n’a pas été aussi pingre en belles trouvailles quant au quotidien, les récoltes peuvent paraître décevantes. En fait non, moins de disques très courants, moins d’artistes connus, mais en fin de compte, des trouvailles insolites et des découvertes musicales. Vivement 2019.

Commentaires

Articles les plus consultés