Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du février, 2016

X-Files, chronique sans spoilers

Alors, que penser de ces deux premiers épisodes de cette nouvelle saison ?
Déjà, histoire de poser le « décors » X Files revient 13 ans après la fin de la série. C’est dire si ça fait un bail, un gros bail. Mon fils n’avait que 7 ans, il ne se souvient que de la musique angoissante sans compter que en plus sa mère lui avait interdit de regarder. Bon, c’est vrais que 7 ans, c’était un peu jeune pour regarder cette série.
La série, à l’origine, se partageait entre épisodes « one shot » ; une histoire, une enquête et une résolution (ou pas), et entre un arc mythologique ; le complot du gouvernement US et des Aliens, ainsi que la quête sans fin de Fox Mulder de retrouver sa sœur, enlevée par les Aliens.
Les deux épisodes :
Épisode 1 : Je ne vais pas dévoiler l’intrigue, enfin, pas trop. Donc pas de spoilers. On va donc retrouver Scully et Mulder au cœur du fameux arc mythologique de la série, le complot mondial. Et c’est sans doute là que le bas blesse. Ceux qui ne connaissent pas la sér…

[en mode flemmard] quelques liens vers le Blog Notes officiel et deux images du jour d’avant !

Donc, histoire de poursuivre l’alternative au cazou !

Homonymes : Renaud

Chronique rapides sur ma platines

Retour, Brocante, Dominicale ?




Belle vie pour Shiva

Marley… le chat

chats dormants sur canapé

une galère informatique

Dans un précédent billet, j’avais parlé de la panne de l’iBook G4 (12 ans d’âge quand même). J’ai donc tenté en suivant la suggestion de Diablotin un démarrage en mode Target (câble Firewire entre l’iBook et le MacBook Pro). Et là, un magnifique message m’informe qu’il faut sans doute formater le disque dur. Bref, c’est la grosse panne.

Donc, ce matin, je tente donc la réinstallation du dernier système Mac OS X présent sur l’iBook, à savoir Leopard.


Tentative numéro 1 : j’insère le DVD de Leopard, touche C au démarrage, l’installation se lance… Et ¼ d’heure avant la fin, message d’erreur. Impossible de finaliser l’installation. Et bien sur au reboot de l’iBook, plus aucun système vu que j’avais formaté le disque dur. Premier coup de chaud !Tentative numéro 2 : j’installe le DVD de Tiger. Mais, là aussi, échec. En fait il s’agit d’un DVD de mise à jour, et il faut un système valide pour l’installer… Deuxième petit agacement.Allez, puisqu’il le faut, je recommence avec les DVD d’origine …

petit bug et grosse panne.

Fin de vie ?
Fin de semaine difficile pour mon vénérable iBook G4. Le cap de la douzième année lui aura été fatal. Il ne servait plus beaucoup, mais mon épouse l'utilisait parfois pour faire quelques recherches sur le net, pour aller sur des sites administratifs aussi. Il faut dire que Laurette à un rapport avec l'informatique plutôt laborieux. Et qu'elle se sent mieux dans le jardin ou avec les chats de la maison que devant un écran d'ordinateur. Bref, hier, impossible de le faire démarrer. La séquence d'allumage démarre, on entend le boing, la pomme sur l'écran s'affiche, la petite roue crantée tourne, et au bout de quelques instant, écran noir, et l'iBook s'éteint. La batterie est morte, mais ça fait un certain temps qu'elle ne tiens plus que quelques dizaines de minutes. Mais elle n'est pas en cause. J'ai bien essayé les différentes manipulations préconisées, mais aucune ne fonctionne. Et même la petite loupiote, à l'avant de l&#…

le libraire s’amuse

Dur métier

Que celui de libraire, surtout quand il s'agit de livres qu'on n'a pas demandé à vendre. Exemple avec le truc de Sarko, envoyé par le distributeur aux librairies, alors que celles-ci n'avaient rien demandé ! Et comme le renvoyer est à la charge du libraire…



Alors, la mise en place est l'occasion de s'amuser un peu, de se "venger" en quelque sorte.

allumettes

L’instant Café du Jour

Un requiem

Il n’y a pas que celui de Mozart. C’est peu dire que j’apprécie le Requiem de Mozart. Mais ça faisait un bail que je n’avait pas déposé dans la platine celui de Gabriel Fauré. Pour paraphraser Wikipédia, c’est une œuvre pleine de douceur, d’émerveillement, d’humilité et d’espoir.  Bon, ça veut tout simplement dire que ce requiem est tout sauf tragique comme peut l’être celui de Mozart par exemple. Peut-être tout simplement, parce qu’il a été composé par Fauré sans intention particulière, et que ce n’est pas le pressentiment d’une fin tragique. C’est au contraire une fin paisible, solennelle certes, mais douce, apaisée.  Ça faisait longtemps qu’il n’était pas passé sur ma platine, et ça fait un bien fou d’entendre cette musique !