Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2019

le jamais 2 sans 3, ça ne marche pas !

En tout cas, pas ce matin…
Hier, le temps était à l’orage. La pluie est tombée, plus ou moins forte, selon les lieux. Ce matin, encore quelques gouttes, et au moment d’écrire ces mots, le ciel se dégage et le soleil montre de nouveau ses rayons. L’avantage de cette météo perturbée, c’est que la température est revenue à un niveau raisonnable, et que j’ai même eu froid ce matin en allant chiner. Et pour rien ! Bredouille…
Alors, je suis retourné au vide-greniers, celui ou deux fois j’avais déniché quelques disques très sympathiques (David Crosby, Frank Zappa, Gentle Giant, Grateful Dead, Deodato… voire les deux photos ci-dessous ). Plein d’espoir j’ai tracé la route (quelque 20 minutes de trajet quand même), pour arriver sur les lieux, et voir un vide-greniers clairsemé, à peine 6 stands, alors qu’il y en a plus d’une trentaine habituellement, le vent froid, oui froid, et juste un bac avec quelques disques. Mais rien d’intéressant à en tirer. Si, juste le Let it Be des Beatles, mais dan…

Nougaro, chansong !

UN CŒUR BRISÉ…

Des disques ont tourné sur la platine ces derniers jours, Eric Dolphy, John Martyn, Areski et Brigitte Fontaine, Stan Getz, Gato Barbieri, Gentle Giant, Deodato. Mais ce matin, c’est un cœur brisé qui emporte le mien, avec sans doute son meilleur album !


Un weekend de Foire aux disques

Rapidement, ce matin dimanche, pas eu le courage de faire 30 bornes (rien que pour l’aller) pour chiner au vide-greniers le plus proche. Ça sera pour une autre fois. Alors ce dimanche, comme hier, j’ai chiné dans les bacs de la petite foire aux disques ; 7 ou 8 stands pas plus, mais idéalement placée à la Rotonde d’Aix en Provence. Pour tout dire, samedi matin, 4 disques pour 10 euros sur le stand de Dino (Diablotin quand tu me liras, Dino est un immense connaisseurs des Rolling Stones, et à l’époque de son magasin Massilia Records à Marseille, il avait dans ses bacs des raretés Rolling Stonienne qui t’auraient fait saliver) ! Seul le disque de gauche, rangée du haut m’a couté plus cher (20 euros, sur un autre Stand. Mais j’ai pris ZON (aie, je sais j’ai fait ce jeu de mot pourrave, mais ce n’est pas moi qui a commencé, c’est Othall du Forum RaveUp qui a osé le faire en premier), un peu à cause de la pochette qui a attirée mon regards (cqfd) ! D’ailleurs sur le stand de Vince, il y a…

Johnny Clegg

Il serait sans doute de nos jour accusé d’appropriation culturelle. Mais en son temps, dans les années 80, il a puisé dans la culture Zoulou pour « métisser » la musique avec instruments traditionnels et instrumentation rock. Et sa chanson Asimbonanga, dédiée à Nelson Mandela, a fait le tour du monde. Il a joué un rôle majeur, dans la lutte contre l’apartheid et dans la diffusion des cultures d’Afrique du Sud. Le cancer l’a emporté, il avait 66 ans.

Un rêve et des disques

Cette nuit, j’ai fait un rêve. Je me rendais au vide-greniers de Peyrolles en Provence ce 14 juillet 2019. Arrivé sur place, autour de l’étang en plein centre-ville, les bénévoles sont tous debout, interloqués et désœuvrés ! Il n’y a personne, aucun vendeur, que des chineurs abasourdis ! Déception énorme, incompréhension totale, personne n’a d’explication. Je décide donc de rentrer, inutile de perdre ma matinée. C’est par le chemin de terre que je repars, en passant par la ravine de terre couleur ocre. C’est étrange les rêves, un étang en plein milieu du village et un chemin de terre raviné pour en repartir, il faut avouer que c’est plutôt étonnant. L’esprit est joueur. 

Et donc, ce matin, j’ai décidé de ne pas allée chiner à Peyrolles, d’autant plus que l’an dernier, je n’y avais vu aucun disques, même pas un misselchardou ! J’ai donc pris la direction opposée, vers le vide-greniers du 23 juin et une récolte très sympathique. Ça ne fait que deux fois que j’explore ce spot, et cela fa…

Sardequin(s)

Si vous avez lu la page « à propos » de mon Blog, vous y verrez pourquoi ce pseudonyme de Sardequin. http://joseph-isola.info/Sardequin/une-presentation/
Je viens d’apprendre la disparition de Philippe Monot des suites d’une saleté de longue maladie ! Putain de crabe ! J’ai souvent discuté et échangé avec lui lors de mes passages à la Librairie Goulard à Aix en Provence, au rayon SF et BD dont il avait la charge. J’ai souvent suivi ses conseils de lectures, j’ai adoré ses romans, SardequinsFrère Aloysius et le Petit Prince! Hélas, la trilogie Sardequins restera sans doute inachevée. Tristesse et regret de ne pas l’avoir vu une dernière fois.


Courage et condoléances à sa famille, à ses amis et à ses collègues.

The road to hell…

Sombre et introspectif. Le titre de l’album est de toute manière une indication sans fioritures. Chris REA, avant la sortie de cet album, plus connu pour une pop bien léchée, pour sa « belle gueule » qui plaisait aux « ménagères de 50 ans » et aux TOP FM, même si l’album précédent avait amorcé un virage qualitatif ! Et puis est arrivé ce The Road to Hell, album énorme à tout point de vue. Le son, les mélodies, la noirceur, la voix rocailleuse de Chris REA, les guitares imparables. Et les titres de cet album qui s’enchainent, sans aucun moment de faiblesse. Ça commence très fort, une intro inquiétante, et ce Road to hell, qui évoque la mère disparue et les souvenirs d’un enfant, de Chris REA lui même.


Je pourrais citer chaque chanson, Looking for a rainbow, qui clôture la face A de l’album, sur l’esprit des pionniers, Your warm and tender love sur l’amour d’une mère. Et la conclusion avec Tell me there’s a heaven, chanson en réponse à sa petite fille qui lui demande ce qu’est la mort …

Dimanche, c’est vide-greniers

Je vais faire rapide.

2 vide-greniers, rien d’intéressant sur le second et sur le premier, un bac sympathique, à 1€ le disque. Et même si ce ne sont pas des pièces rares, je devais sans doute être le primo-chineur sur le carton ! Le reste des cartons vus sur d’autres stands aurait eu plus sa place dans une déchetterie. Pour la petite histoire, au verso du Hendrix, quelqu’un (pas le vendeur) avait ajouté une photo autocollante de, je vous le donne émile, de Charles Trenet. Je cherche encore le rapport avec Jimi Hendrix. J’ai quand même réussi à éradiquer le Charles, enfin, pas lui, sa photo, sans aucun dommage pour la pochette. Matinée de chine rapide, et somme toute avec une récolte éminemment agréable.

en attendant Dimanche matin

Le dernier vide-greniers en date, avec le seul disque « potable » de la tournée, les 4 albums à la ressourcerie et le Keith Jarrett aussi. D’ailleurs en arrivant hier à la ressourcerie, j’ai tout de suite vu qu’il y avait un gros arrivage dans les bacs de disques. Mais répartition 95% de musique classique, 4% de Brassens (j’aime bien Brassens, mais là non, pas envie) et le Keith Jarrett ! Que j’ai acheté, 1€, comme toujours..


Il passe en ce moment sur la platine, et c’est un album plutôt surprenant. le premier disque avec un Keith Jarrett à l’orgue, presque comme les grandes orgues d’une cathédrale pour la face 1 et la face 2 dans un exercice très étonnant de composition « contemporaine ». Le second disque est sans doute plus attendu, dans l’esprit du Köln Concert et le piano virtuose et élégant de Keith Jarrett.  Un chouette album surprenant. 

Synthèse

Il parait qu’il fallait choisir son camp. J’étais plus RS que B, mais sans ostracisme ! Ici, c’est la synthèse.









One more cup of coffee

One More Cup Of Coffee, extrait du documentaire de Scorsese sur la Rolling Thunder Revue ! Juste énorme !

Fraicheur