Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2015

de 2015 vers 2016

Le bilan pour 2015, il est ici, avec une playlist en guise de mémoire pour cette année qu’on voudrait pouvoir oublier mais qu’on veut pouvoir laisser derrière nous sans regrets aucun.




Photos 2 chats…

Alela Diane

En lien avec le dernier article sur le Blog Notes officiel : D Comme…

peau d’orange

cadavres exquis !

Et pendant ce temps…

Pendant que mes oreilles se remplissent du son de la trompette de Miles Davis dans un album aux sonorités presque rock, que Noël approche à grands pas, la vie continue son petit bonhomme de chemin. Tiens, aujourd'hui j'ai récupéré la Moto Guzzi, après la réparation du frein avant. Petite frayeur en repartant, au bout de 4 ou 5 kilomètres et un blocage complet au beau milieu de l'avenue. Heureusement, un confrère motard m'a aidé à pousser/tirer/glisser la moto sur le côté, histoire de ne pas rester comme un naze à bloquer la circulation. Verdict, frein bloqué à cause de la chaleur (pas celle de l'air ambiant). Un coup de fil chez mon garagiste, un coup de scooter pour lui et 15 minutes plus tard, je suis reparti, frein débloqué et un petit réglage qui va bien. 12 kilomètres plus loin, moto dans le garage, et moi au chaud, sans soucis.
Quoi d'autre ? Je teste depuis quelques jours déjà un smartphone sous Android... La marque du smartphone ? Danew Konnect 501. Aucu…
4h du matin...


Réveil quasi brutal. Et un mot qui surgit dans la nuit «  croquettes »  ! «  Est-ce qu’on a enlevés les croquettes ? ». Mais ça ce n'est rien, ce n'est pas le pire. Il y a autre chose, encore plus puissant que l'acouphène de mon oreille droite, et ce truc couvre vraiment le sifflement de mon oreille. Ce truc, il doit remonter des limbes "cortextuelles" d'une adolescence traumatisée en 1976 ? Non, impossible ! J’écoutais déjà les Doors, et Deep Purple et le Floyd et bien d’autres… Et pourtant, c’est bien là, accroché et boutant mon acouphène hors de moi. C'est pas que j'y tienne à mon acouphène. Il m'emmerde plus qu'autre chose, il m'empêche d'entendre le silence de la nuit. Mais là, non, c'est insupportable. Ce truc qui depuis 4h du matin, cette ritournelle, cette scie musicale qui tourne en boucle, je ne peux plus. Alors j’ai décidé de la partager avec vous, de vous refiler le bébé monstrueux, comme une poupée à la …

La trêve hivernale

Bon, ça va être la trêve des confiseurs, l’hibernation.
Le dernier vide-greniers, c’était hier.  En tant que vendeur, une lubie de mon épouse, qui a bien regretté tellement nous avons eu froid, tellement le soleil nous a fait défaut - il n’y a qu’à voir le lien ci-dessous, et surtout devant la faible recette…


http://joseph-isola.info/Sardequin/on-se-gele-les-miches-2/


Bien sur j’en ai profité pour chiner aussi, faire le tour des stands, alors que la nuit était encore bien noire, à la lueur de la lampe de poche. J’ai même croisé 2 amis chineurs de vinyles comme moi - tout aussi cinglés - et bredouilles… J’ai quand même, après avoir fait plusieurs tours du champ acheté un petit coffret de musique classique : Gustav Mahler, la Symphonie N°2, dirigée par Bernard Haitink avec le Concertgebouw d’Amsterdam (superbe orchestre), pour la modique somme de 2€…



Alors, je ne vais pas nier qu’il risque de m’arriver d’avoir envie de sortir un de ces dimanches matins à venir. Mais entre le froid, l’en…

Shiva

Définition : Abruti !

Abrutin. Personne omniprésente dans les domaines de la spéculation intellectuelle, également très active dans les voies de l'activité morale. Ce fut l’abruti qui inventa l'écriture, l'imprimerie, le chemin de fer, le bateau à vapeur, le télégraphe, la platitude et les sciences exactes. Il fut à l'origine du patriotisme et des guerres internationales, et créa la théologie, la philosophie, la loi, la médecine et Chicago. Il institua les gouvernements monarchiques et républicains. Il est présent au fil des âges  des origines jusqu’à nos jours, exerçant son idiosyncrasique  activité. À l'aube des temps il chantait sur les collines primitives, et il conduit dans ce mitan de l'existence la procession des vivants. Il borde de son auguste main le coucher du soleil de la civilisation, et dans le crépuscule prépare pour l'Humain sa bouillie mentale du soir, se tenant prêt à refermer la dalle de la tombe universelle. Et quand les derniers d'entre nous se seront re…

De l’eau sur Mars ?

Convention du disque (Marseille)

Et un bilan mitigé...

Beaucoup de vendeurs, du choix à tous les prix... Le paradoxe, c'est que ce dimanche matin, j'ai eu l'impression que le public n'était pas au rendez-vous comme l'an dernier. Et pourtant j'y suis resté de 9h30 à presque 14h. Et pour une récolte plutôt modeste. Bien sur il y avait des albums à faire envie. Mais le plus souvent, les prix étaient à l'avenant, plus proche des 20, 25€ et même plus, beaucoup plus...
Et cette année, j'ai trouvé que les bacs entre 4, 5 € et 10€ maximum n'étaient pas aussi intéressants que l'année passée. Alors, bien sur, ça devient difficile quand la collection prend de l'ampleur. J'ai bien une "wish-list", mais hélas, c'est rarement dans les bacs à 4€ qu'on trouve les pépites de cette liste.

J'ai donc déambulé de stands en stands, passant et repassant, fouillant les mêmes bacs plusieurs fois. J'ai également passé du temps sur le stand de deux amis chineurs comme moi e…

77…

C'est le nombre de disques que je dois classer et ranger...
Ils sont dans un bac, à coté des étagères, mais la flemme, "je ferais ça ce week-end" me gagne chaque jours... Sans compter que sur les 77, je dois en avoir facilement, voyons voir, 46 exactement à écouter et sans doute pour certains à nettoyer avant !

Tiens, celui-là par exemple, déniché hier mercredi, en rentrant du boulot, petit saut à Emmaüs Plan-de-Campagne, avec un John Surman - Private City en même temps qu’un Tangerine Dream et une compilation de The Damned
John Surman, jazzman free, même si cet album, selon ce que j’ai pu en lire (mais pas encore en écouter) est plutôt dans sa période nappes de synthé et improvisations au saxophone ! 
Bref, ça me semble très sympathique. Et pour 1 €, le risque est minime.


Bon, le Tangerine Dream (à 1€ aussi) c’était, avec The Damned (Punk Rock), le seul album "potable" dans les bacs de Emmaüs me permettant d'arriver au minimum Carte Bleue de 5€ !

Mais ce n…

Duchesse

Une autre des Chatons de Gaïa. Son petit nom, c’est Duchesse, mais c’est plus rapide de dire Duche.


émotion

Pas beaucoup de mots, juste l’émotion, forte !

Omalé

Il devait s’appeler O’Malley. Mais il y a maintenant 8 mois, Gaïa nous a donné 5 chatons, 5 filles. Elle s’appelle donc Omalé… Et elle prend la pose.


Un petit lot

de disques…

Pervers et Idolâtre

Résister

On ne doit ni brader nos valeurs, ni renoncer à résister !
Il est temps que nos dirigeants comprennent qu’on ne peut pas discuter, ni transiger avec cette idéologie mortifère, et surtout pas avec les états qui soit la soutienne, soit s’en accommode !

Il faut dire les mots, c’est une guerre !

la bulle

Alors, qu’ai-je fait aujourd’hui ? Ben en fait, rien.












Je n’ai même pas écouté de musique. Pourtant j’ai une bonne dizaine d’albums à rattraper. Et j’ai aussi la suite de l’alphabet à poursuivre (la lettre C).Mais pas eu envie, ça m’arrive parfois.Je n’ai même pas continué à lire. Le livre de Larry Sloman - Sur la route avec Bob Dylan - est un pur bonheur. Mais bon, aujourd’hui, pas une ligne. En plus, j’ai fini hier un chapitre dans lequel Sloman interroge Mike Bloomfield sur sa relation avec Dylan, et sa brève expérience musicale avec lui ! Et c’est vraiment intéressant. Il va de toute manière falloir que je vous en parle ici.Je n’ai même pas continué mon petit site sur ma « collection » autour de Bob Dylan. J’ai une excuse, je dois faire des photos, et en ce moment mon APN est en réparation… Et ça fait déjà 1 mois. Mais, pour le coup, pas envie de me contenter de l’iPhone pour ces photos.Ah, si j’ai un peu regardé une série sur Netflix.Il y avait du brouillard ce matin.Et puis, la v…

bredouille

Ça faisait longtemps que je n’étais pas rentré bredouille d’une petite matinée de vide-greniers ! Mais aujourd’hui, oui ! Bon, hier, un passage chez mon bouquiniste Aixois et j’ai pu dénicher un petit Thelonious Monk !



blue sphère - Thelonious Monk
Un enregistrement de 1971, avec Monk en solo. Un Monk entre classicisme et son style habituel, qui bouscule les rythmes et les mélodies. Un album très sympa.

Juste des liens vers…

Deux articles et les liens vers le Blog Notes officiel, parce que j’ai encore une fois la flemme de tout recopier ici !

pluie et vent

journée de tempête aujourd’hui !

Vide-greniers, récolte du jour

DRH

DRH :

Higelin, 75 ans et

50 ans de carrière et même un chouïa plus…

je vais rouler !!!

Il y a quelques jours déjà, même quelques semaines, j’ai déposé la moto chez mon garagiste pour des petits soucis.

Sottise [Dictionnaire du Diable]

between today and yesterday - Alan Price

Alan Price,membre fondateur de The Animals, avec cet album solo - Between Today and Yesterday.
Ça donne une pop qui sonne parfois un poil surannée, quand même très agréable à écouter, mais loin du blues noir de The Animals.
Et au moins un titre qui survole les débats, une voix presque fragile ! Et l’ensemble dégage une certaine mélancolie, sans doute encore plus présente sur la seconde face.




















666

Bon, c’est un album de malade, totalement barge ! Et puis Demis Roussos, non mais allo quoi ? :-)


demi teinte…

Pas les couleurs de l’automne, non ! Celle de ma récolte de vide-greniers !

J’ai bien regretté de ne pas avoir mon appareil photo, toujours en réparation. Parce que je suis passé ce matin dans quelques paysages du Lubéron plutôt agréables à l’œil. Belles couleurs d’automne, et hélas, ce n’est pas l’APN de l’iPhone qui peut leur rendre justice. Mais une récolte en demi-teinte, ça oui - Manosque, Ste-Tulle et St Michel l’Observatoire, je suis sorti de ma zone de confort (dans cet ordre de parcours matinal), et ce n’est que sur la dernière étape que j’ai pu éviter de rentrer bredouille. 6 disques, 0,50 cts pièce, c’est pas mal. même si au moins 3 d’entre eux vont être remis en vente illico (enfin, la remise en vente, parce que la vente, c’est autre chose), et le sixième donné à mon fils - un petit Bob Marley - Babylone By Bus… récolte du 25 octobre 2015




Bref, histoire de ne pas rentrer bredouille.

c’est à lire…

millionaires and teddy bears - Kevin Coyne

Il y a des artistes méconnus, et c’est profondément injuste !

Kevin Coyne est de ces artistes. Pourtant, on évoquait Dylan, Beefheart, Van Morrison. Rien que ça. Mais Kevin Coyne n’était pas de ceux qui devaient suivre une voie toute tracée… Il avait des textes à dire et à des musiques à faire entendre.

Je me souviens de Kevin Coyne. Je l’avais découvert totalement par hasard, un samedi après-midi dans une émission fourre tout de la Deux, présentée par Patrice Laffont ! Ce type, tout seul avec sa guitare, sa manière étrange d’en jouer et cette voix ! Hallucinant ! Ça m’est resté ! Et je crois que c’est un des artistes de mon panthéon !







L’album Millionaires and Teddy Bears débute par un titre très abstrait, People. Et il va se poursuivre étrangement plus sage. Mais c’est quoi la sagesse chez Kevin Coyne ? Pas la voix, toujours au fil du rasoir de la folie. La musique ? Sage ?
Bon, je ne sais pas comment expliquer ce disque, ni comment on peut d’ailleurs parler de Kevin Coyne, il faut juste…

The Girl From The North Country

Je profite d’un petit moment de calme pendant ma matinée de travail pour vous proposer ce sublime duo à vous mettre entre les oreilles.

Un duo entre Bob Dylan, la contre culture New Yorkaise et le réactionnaire Johnny Cash. Et pourtant, c’est la vision de Johnny cash qui appréciait le génie de Dylan qui a donné vie à ce génial duo.





taxi de nuit

une petite liste

Kevin Coyne - Millionaires And Teddy BearsAlan Price - Between Today and Yesterday
à écouterAphrodite's Child - 666
à ré-écouterLarry "Ratso" SlomanOn the Road with Bob DylanJRR Tolkien - Le Seigneur des Anneaux, les deux tours (nouvelle traduction)
à acheter et à lire
Bref, j’ai de quoi m’occuper dans les jours à venir.

café du matin

que la force…

C’est quand même amusant, mais à la sortie, en 1977, je ne suis pas allé voir le premier film au cinéma. Il faut me comprendre, j’étais bien plus Stanley Kubrick et son 2001 l’odyssée de l’espace, que space opéra classique. Pas assez intellectuel, pas assez SF "sérieuse". Pourtant j’étais aussi (déjà) un gros lecteur de SF, mais pas vraiment de Space Opera. Et puis, et puis, j’ai fini par aller voir…. Et maintenant, j’attends le 18 décembre…




Bon, je ne vais pas me lancer ici dans une critique de la série. Disons qu’il y a des épisodes que j’aime, d’autres moins, mais surtout certains personnages font vibrer la fibre des souvenirs. Et qu’il y a au moins un épisode que je pourrais revoir plus souvent…

Vivement le 18 décembre.

un dimanche pluvieux

Il pleut ce dimanche matin, c’est bien pire qu’un dimanche à Orly… Kevin Coyne, John Mayall et Alan Price Donc, pas de vide-greniers ce matin. Mais j’ai anticipé le coup hier. Un petit tour chez les dealers de vinyles d’Aix en Provence hier, et j’ai pu revenir avec 3 galettes plutôt sympathiques. Pas tous les dealers - seulement trois d’entre eux… Emmaüs - mon Bouquiniste de la rue des Fontaines Obscures et Blow Up boutique Vintage… Disques d’occasions à des prix entre le pas cher (2€) et le un poli délirant (45€ par exemple un album de Catherine Ribeiro+Alpes - disque déniché par mes soins à 0,50 cts et en excellent état dans un vide-greniers il y a un an - chez Blow Up). C’est pourtant chez eux que de temps en temps, je trouve à des prix raisonnables quelques bons disques… Comme les 3 d’hier (pour 19€ en tout). John Mayall - The Turning PointKevin Coyne - Millionaires and Teddy BearsAlan Price - Between Today and Yesterday Pour tout dire, Alan Price, je sais juste que c’est avec Eric…

résumé du soir

Bon, j’avoue, je commence à en avoir un poil marre de faire mes "articles" en double. Donc, pour cette fois, je vais vous faire un résumé rapide.
Alors, j’ai publié sur mon Blog Notes officiel un petit article sur mes mésaventures avec .ovhconfig. Comme dirait l’autre, rebelote (voir sur ce blog, il doit bien y avoir un ou deux articles sur la question). Pour le moment, la solution de dépannage (et de réparation) c’est de remettre le fichier .ovhconfig en mode PHP 5.4, alors que ça a fonctionné parfaitement en PHP 5.6 durant plusieurs semaines. Je ne sais donc pas si ça va durer, mais j’avoue, ça commence à devenir très chiant !

Ensuite, j’ai remonté pour une petite mise à jour, un article d’octobre 2013 (quasiment 2 ans jour pour jour) sur le groupe Squeeze et leur album East Side Story. Tout simplement pour remettre en écoute un titre de l’album (le lien d’origine ne fonctionnant plus - merci Deezer :-( ). je gage d’ailleurs qu’il doit y avoir d’autres liens obsolètes ici…

the perfect stranger

En 1984, Pierre Boulez et son Ensemble Intercontemporainenregistre The Perfect Stranger, une composition de Frank Zappa ! Oui, le Zappa, guitariste iconoclaste et virtuose.

Le problème de Frank Zappa, c’est que les amateurs de rock lui reprochaient de se moquer du rock et que les amateurs de musique « sérieuse » (et sérielle) lui ont fait le même reproche. Bref, Zappa n’est jamais assez sérieux. Le pire, c’est qu’il y a des critiques rock qui trouvent que Zappa est trop sage, pas assez « impliqué » dans sa musique, bref, personne n’est content. Sérieux, pas sérieux, iconoclaste, irrespectueux, trop respectueux. Faudrait savoir… Le Rock de Zappa n’est pas assez rock et la musique contemporaine de Zappa trop classique, pas assez inventive. Bref…

Deux petites choses. J’ai vu Frank Zappa en concert, à Toulouse, dans les années 1980. Et c’était vif, brillant, virtuose, énergique, amusant… Bien sur, on peut lui reprocher de ne pas être assez authentique, trop intellectuel, pas assez tee-shirt…

une presque fin de saison

La saison des vide-greniers touche presque à sa fin.  La seule date à retenir c’est celle de la foire aux disques de Marseille, le 29 novembre, au Docks des Suds. Un rendez-vous à ne pas louper. Tout comme je ne loupe jamais la convention des disques de Salon de Provence. C’était ce dimanche 11 octobre. Mais juste avant, un passage sur un vide-greniers et juste un disque à "sortir du  lot". Il est évident que l’arrivée à une heure relativement tardive limite les prises spectaculaires. Un petit Brassens, en mode monophonique (pour 1 petit euro). Une édition différente de celles qu’on trouve habituellement, sans aucun doute une première édition. Et puis, de temps en temps, un petit Brassens, ça remet les idées en place…
Il est donc un peu plus de 9h30 quand je rentre dans la caverne d’Ali Baba. Toujours le même sentiment à chaque fois, l’envie de repartir avec des raretés. Et toujours la même chose en partant, les raretés sont coûteuses et mon budget limité. Je ne suis donc pas r…

sur la route

un travail

Voilà, cette fois, c’est bon. Retour dans le monde du travail après une parenthèse de plus de 6 mois (à nouveau). Bon, ça va juste me payer le loyer, ce n’est qu’un contrat de 26 heures hebdomadaire. Mais c’est un défi qui m’attends, à partir d’une page presque blanche, de mettre en place, à Marseille, le service d’aide humaine de l’association GAPAD. Ça commence le 15 octobre.

A comme

Ange - le cimetière des arlequinsJoseph Arthur - the graduation ceremony

préambule

Préambule : un petit challenge que je m’impose. Ordre alphabétique, le hasard du doigt et les yeux fermés pour choisir 2 disques à écouter. Je vais donc commencer par la lettre A, bien sûr. D’ailleurs, je me suis lancé en milieu d’après-midi et bien sur, quand mon doigt innocent a sorti un album de Ange et un autre de Joseph Arthur, je me suis dit dans mon for intérieur (c’est pratique un for intérieur, ça sert à changer d’avis comme de disque), ah non, pas Ange, pas envie… Et j’ai donc recommencé. Devinez ? Bingo, encore Ange et Arcade Fire en second disque cette fois. Bref, j’ai décidé que, non, c’était pas une bonne idée… Résultat, vous allez y avoir droit tout à l’heure. Le premier disque est en train de passer.

Blonde On Blonde

L’album Blonde On Blonde est sans doute le meilleur album de Bob Dylan, en tout cas un des sommets de son œuvre. Et sur ce double album, il y a une chanson qui sans doute est à la fois la plus belle chanson de Dylan, une des plus belles chansons au monde et un des textes de chanson les plus fous, les plus inspirés qui soit. Il y aurait beaucoup à dire sur ce texte, à qui s’adresse-t-il ? Joan Baez a pensé quand elle a entendu cette chanson, quelle s’adressait à elle ! Mais rien n’est moins certain. Visions Of Johanna est une chanson énigmatique. Je vais vous laisser le soin de rechercher par vous même. Il y a de toute manière autant d’explications que d’auditeurs. Et on peut être certain que Dylan a aussi une explication différente pour chaque interprétation qu’il a pu en faire.




Je vais juste vous donner à écouter la version d’un concert mythique de 1966, que l’on peut écouter sur le Bootleg Series Live 1966 au Royal Albert Hall (Manchester – Angleterre). Cette version est sans doute l…